Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm

Merci à Maud, une des « flingueuses » de Collectif Polars pour cette critique enthousiaste d’aller Simple Paris-Corrèze. Et vous hésitez encore à vous l’offrir pour Noël, sérieusement ?

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm. Paru le 16 Mars 2018 aux Editions le Geste – Collection Le Geste Noir. 13.90 euros. 312 pages. 18 x 11 cm

4ème de couverture :
Nommé à Paris après son succès dans l’affaire dite « de l’Américain » à Limoges, le commissaire Savigny vit un drame familial qui le conduit à revenir en Limousin pour des vacances avec ses enfants. Il y croise un profes­seur déchu, une vieille institutrice altruiste, un bébé cou­rageux, un adjudant de gendarmerie chevaleresque, une épouse écrasée, un notaire tyrannique. Ce qui les relie ? Anna Lestrade, une jeune femme en butte à la malveillance générale au sein de la charmante bourgade de Meymac, en Corrèze. Le poids des préjugés et de l’envie empêchera-t-il l’émergence de la vérité ? C’est tout l’enjeu de cette his­toire dont le rythme s’accélère pour passer peu à peu du coup de vent à…

Voir l’article original 414 mots de plus

Publicités

carnet de voyage : chapitre trois : besoin de rien, besoin de personne, sauf peut-être d’un pêcheur au carrelet…

Je suis une femme vernie. J'ai passé ma vie entourée, écoutée, respectée. On ne m'a ni violée, ni méprisée, ni asservie. J'ai toujours fait ce que j'ai voulu. Je ne me farde pas, je ne me rase pas les jambes, je me coiffe à la diable, je m'habille avec ce qui me tombe sous la … Lire la suite carnet de voyage : chapitre trois : besoin de rien, besoin de personne, sauf peut-être d’un pêcheur au carrelet…

Carnet de voyage : deuxième chapitre : à la recherche des hommes

« T'en fais pas va ! Les chagrins, les hommes, tout finit par partir en fumée ». Cette réplique, tirée d'un film français me trotte dans la tête. Je conduis ma camionnette, je tourne pour prendre un petit pont, bien mignon qui enjambe une minuscule rivière. Je vois son nom : la Vendée. Je me dis vaguement : « Les gens … Lire la suite Carnet de voyage : deuxième chapitre : à la recherche des hommes

Carnet de voyage, premier chapitre Sous la protection des étoiles

J'ai pris la route, le cerveau vide, vidé même, volontairement, pour être certaine de ne rien manquer, de tout voir, de tout goûter, de tout apprécier. Je n'ai rien programmé. Je roule, je goûte l'air du soir, je goûte l'orage, je goûte la nuit, je goûte mon absence, ma propre absence, car nul ne sait … Lire la suite Carnet de voyage, premier chapitre Sous la protection des étoiles

Un moment de détente pour mieux digérer la fin de l’été ? C’est forcément aller-simple Paris-Corrèze !

Et pour mieux vous en convaincre, je vous livre ici les premières pages. "Vincent Farges quitta précipitamment le tribunal, sans même saluer son avocat. Deux ans de prison avec sursis, 15000 euros de dommages et intérêts. Il aurait dû se sentir soulagé. Mais non, à l’énoncé de la sentence, la colère l’avait envahi, une colère … Lire la suite Un moment de détente pour mieux digérer la fin de l’été ? C’est forcément aller-simple Paris-Corrèze !

Trahison des élites : le retour … et avec elle, le temps des barricades ?

Les élites trahissent, c'est leur identité première. J'entends par élite, non pas des personnes utiles à la société (les vraies élites pourtant) mais cette masse grouillante de petits marquis dont l'objectif est de tirer le meilleur parti du pays où ils se trouvent pour accumuler un patrimoine. Pas d'amour de son lieu de vie pour … Lire la suite Trahison des élites : le retour … et avec elle, le temps des barricades ?