Du sytème D à la clandestinité généralisée ?

Des lois de plus en plus enfermantes et de moins en moins égalitaires et partageuses, conduisent un nombre grandissant de gens, non plus des milliers mais désormais des millions, à recourir au système D (expression datant de l’Occupation pour indiquer la débrouille généralisée nécessitée par le pillage nazi, je pose ça là pour les jeunes … Lire la suite Du sytème D à la clandestinité généralisée ?

Publicités

Il est peut-être temps de se replier sur une terre fertile

Un jeune homme venu du futur m'a réveillée cette nuit pour me raconter la chose suivante qui, au départ, ressemblait beaucoup à un conte. Il m'a dit : « je viens de 2030 ». Je me suis dit : « ok, c'est pas si loin ». Pour une raison qui m'échappe, sa présence ne m'a pas étonnée, en revanche. Je lis … Lire la suite Il est peut-être temps de se replier sur une terre fertile

Ne laissons pas mourir le Français hâbleur, râleur et ingouvernable qui sommeille encore en chacun de nous !

Une chape étouffante, obscure même, est en train de recouvrir doucement le pays. Je ne l'ai pas vue venir. Ou plutôt si, mais au début j'en ai ri. Un peu comme mes parents qui, hurlant de rire appelaient : « venez voir, y a Le Pen à la télé, on va se marrer un coup ! » Je me … Lire la suite Ne laissons pas mourir le Français hâbleur, râleur et ingouvernable qui sommeille encore en chacun de nous !

La gratitude … Une valeur qui changerait le monde si on l’intégrait vraiment

  La gratitude est le sentiment le plus difficile à éprouver. L'humaine race y est, à mon avis, fortement rétive. Et il y a là un paradoxe étrange. Nous sommes, en effet, des animaux de troupeau, dans l'incapacité absolue de survivre sans les autres. C'est ainsi. Il n'y a pas de honte à cela. Et … Lire la suite La gratitude … Une valeur qui changerait le monde si on l’intégrait vraiment

L’avènement de Macron et de son monde, ou le temps de la déchirure ? Dans la touffeur de l’été …

C'est l'été, la touffeur nous ralentit. Chance, nous n'avons pas à aller travailler. Nous nous réfugions à l'abri des murs épais de la maison, en attendant que le soleil disparaisse. Alors, comme des animaux sortent de leurs terriers, nous resurgissons à l'air libre, nous lançons le barbecue, modeste, et nous nous installons dehors, alors que … Lire la suite L’avènement de Macron et de son monde, ou le temps de la déchirure ? Dans la touffeur de l’été …