Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm

À la Une

Merci à Maud, une des « flingueuses » de Collectif Polars pour cette critique enthousiaste d’aller Simple Paris-Corrèze.

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Aller simple Paris-Corrèze de Marie Wilhelm. Paru le 16 Mars 2018 aux Editions le Geste – Collection Le Geste Noir. 13.90 euros. 312 pages. 18 x 11 cm

4ème de couverture :
Nommé à Paris après son succès dans l’affaire dite « de l’Américain » à Limoges, le commissaire Savigny vit un drame familial qui le conduit à revenir en Limousin pour des vacances avec ses enfants. Il y croise un profes­seur déchu, une vieille institutrice altruiste, un bébé cou­rageux, un adjudant de gendarmerie chevaleresque, une épouse écrasée, un notaire tyrannique. Ce qui les relie ? Anna Lestrade, une jeune femme en butte à la malveillance générale au sein de la charmante bourgade de Meymac, en Corrèze. Le poids des préjugés et de l’envie empêchera-t-il l’émergence de la vérité ? C’est tout l’enjeu de cette his­toire dont le rythme s’accélère pour passer peu à peu du coup de vent à…

Voir l’article original 414 mots de plus

Publicités

La petite souris cachée sous le plaid voit naître la nouvelle Humanité

On l'a tous fantasmé : être la petite souris sous le plaid, qui écoute en douce ce que ses enfants disent, là-bas, dans le monde, loin de la famille. Je l'ai vécu ce soir. Il y avait mes fils et leurs amis. J'étais là. Ils ne s'en sont pas rendu compte parce que j'ai réussi … Lire la suite La petite souris cachée sous le plaid voit naître la nouvelle Humanité

cinq ans avant le grand effondrement : les décisions : premier chapitre

Ceci est en fait le début de mon carnet de bord : je suis persuadée qu'on va dans le mur et, tant que l'internet existe, je compte partager ici, avec ceux qui suivent un peu ce qui se passe VRAIMENT, mes pérégrinations. Il est bien possible que tout ceci finisse en eau de boudin car … Lire la suite cinq ans avant le grand effondrement : les décisions : premier chapitre

carnets de voyage, chapitre 5, j’ai oublié de vous dire un truc sur les putains de Pyrénées, elles sont pleines de gilets jaunes !

Éblouie par la rudesse grandiose des Pyrénées, j'ai failli oublié un tout petit détail : là-bas, les gilets jaunes sont partout. Pas une bagnole, ou presque, sans l’emblème fluorescent. "Merde", me dis-je, "j'ai oublié le mien, de gilet jaune, pendu au clou de la patère de l'entrée, avec son RIC proprement calligraphié dans le dos". … Lire la suite carnets de voyage, chapitre 5, j’ai oublié de vous dire un truc sur les putains de Pyrénées, elles sont pleines de gilets jaunes !

carnets de voyage, chapitre quatre : les putains de Pyrénées

« Mais bon sang ! Décollez-vous les uns des autres ? » Je les vois passer deux par deux. Un coup deux femmes, souvent déjà un peu âgées, un coup un couple, âgé aussi, un coup un couple avec des gamins, jeunes encore. Jamais de solitaires, jamais ! Je suis la seule ? La seule ? Je suis en vadrouille, depuis déjà … Lire la suite carnets de voyage, chapitre quatre : les putains de Pyrénées